ILEANA, L'ARCHIDUCHESSE VOILÉE
Jean-Paul Besse
Via Romana, Versailles, 2010
ISBN 978-2-916727-74-5






La longue vie de la princesse Ileana (1909-1991) est indissociable de l’histoire et de l’indépendance roumaines.

Très populaire dans son pays qu’elle revit après un demi-siècle d’exil, très connue en Amérique où elle fut une figure de la Guerre Froide, elle restait ignorée jusqu’à ce jour du public français.

Arrière-petite-fille de la reine Victoria, fille du seul Hohenzollern vainqueur en 1918, le second roi de Roumanie Ferdinand le Loyal, et de la célèbre reine Marie, elle fut aussi la sœur préférée de Carol II et la tante de l’actuel roi Michel.

Belle et généreuse, guide des scoutes roumaines de l’YWCA, cette amie des moines, partagée entre la mer Noire et le château dit de Dracula dans les Carpates, se révéla une fondatrice d’hôpitaux, une bienfaitrice des affligés et une patriote indomptable. Épouse d’un archiduc de la Maison d’Autriche apparenté aux Bourbons, mère de six enfants, elle subit l’hitlérisme, la Garde de Fer puis l’Armée rouge et le communisme.

Fière et ardente, fréquentant l’élite de chaque camp, du Conducator Antonesco au Staline roumain, Gheorghiu-Dej, quel rôle joua-t-elle ? Fut-elle vraiment « la tante rouge » du dernier roi, entre naïveté et duplicité ?

Artiste, écrivain, éditorialiste et conférencière de talent dans son refuge de la Nouvelle Angleterre, cette orthodoxe fervente, protégée par le président Kennedy, voulut répondre aux aspirations spirituelles de ses nouveaux compatriotes américains.

Devenue moniale en Bourgogne, au monastère russe de Bussy-en-Othe, elle fonda aux États-Unis le premier couvent orthodoxe anglophone. D’un grand rayonnement, elle y mourut abbesse il y a moins de vingt ans sous le nom de Mère Alexandra.

Les lecteurs en quête de spiritualité ou nostalgiques de la Grande Roumanie, les historiens de l’Entre-deux-guerres et des démocraties populaires, les marins et les scouts trouveront en elle une figure féminine de référence.

Via Romana

AUTEUR
Auteur de la première biographie française de la grande-duchesse Elisabeth Feodorovna (2008), Jean-Paul Besse récidive avec cette enquête inédite et nuancée. Docteur en Histoire, spécialiste de la Réforme catholique et de l’Orient chrétien, connaisseur de la Roumanie déjà présente dans sa bibliographie, il publie là son quatorzième ouvrage historique. Professeur agrégé, il est lauréat de l’Académie française et chevalier de la Légion d’honneur.

DANS LA PRESSE
La Nef, no 219, octobre 2010
Avant la Seconde Guerre mondiale et avant la longue nuit communiste qui allait la suivre, les Français, s'ils désiraient acquérir quelque lumière sur la Roumanie, ne disposaient que d'un assez petit nombre de livres, parmi lesquels on doit mentionner le Bucarest de Paul Morand (paru en 1935) et, consacré à Codreanu et à la Garde de Fer, L'envoyé de l'Archange de Jérôme et Jean Tharaud (paru en 1939). Depuis, d'autres ouvrages sont venus les compléter et les prolonger. L'un d'eux est cette étonnante biographie de la princesse Ileana (1909-1991), fille, sœur et tante des trois derniers rois de Roumanie, de la branche des Hohenzollern-Sigmaringen, et mariée, en 1931, à l'archiduc Antoine de Habsbourg-Toscane. Étrange destinée que celle-ci, aux couleurs contrastées, où les misères et les souffrances de l'exil succèdent à l'éclat des grandeurs, où, à la fin, seul reste Dieu, confessé et servi, pour la princesse devenue la Mère Alexandra, dans l'entier dépouillement de la règle monastique.
Michel Toda

Table des matières

I.  Portrait ou icône?
II.  Résurgence antique ou rêve identitaire
III.  Le grand œuvre
IV.  Deux colonnes sur trois
V.  La couronne de fer
VI.  Le cercle de famille
VII.  Du vieux au grand Royaume
VIII.  L'appel de la mer Noire
IX.  Archiduchesse d'Autriche
X.  Un beau foyer face aux périls
XI.  Le grand naufrage
XII.  Compassion et compromission
XIII.  Vers l’exil
XIV.  Dans la libre Amérique
XV.  L'échelle du paradis
   Remerciements
   Annexes
   Carte
   Tableau généaologique
   Sources et bibliographie